Procédure moderne

Du moulin à la minoterie: un procédé moderne

Les Moulins de la Concorde produisent une farine mauricienne à partir de blés importés, garantissant ainsi la fraicheur de la farine commercialisée. L’approvisionnement en blé se fait par voie maritime dans des vraquiers spécialisés. Il provient le plus souvent de France ou d’Australie selon les spécificités de farine recherchées, mais les origines peuvent varier. LMLC reçoit en moyenne une dizaine de bateaux par an.

Les bateaux accostent au quai D pour au moins une semaine pour débarquer leur cargaison.  Une équipe de 14 personnes travaille en rotations, pendant toute la durée de l’opération.  Une machine pompe directement le blé des cales du bateau, qui est ensuite acheminé par des convoyeurs jusqu’à la tour centrale, la tour Philippe André Carles, puis dans les 16 silos d’une capacité totale de 40,000 tonnes où le blé se conserve sans altération.


Quand le blé est à la base de la tour, il est envoyé mécaniquement tout en haut de la tour et ensuite déversé dans les silos appropriés.  Chaque type de blé est envoyé dans le même silo à chaque débarquement afin d’éviter toute contamination avec d’autres types de blés.  Le blé stocké dans les silos est ensuite transféré au moulin pour y être transformé en différents produits : farine, semoule, son….

Tout le processus de transformation s’effectue sur les cinq étages du bâtiment.  La minoterie est équipée de la technologie suisse Buhler, une marque de renom dans le domaine de la minoterie.
Les meuniers y sont formés pour s’assurer du bon maniement du matériel et pour bien maitriser les différentes étapes avant d’obtenir la farine recherchée.

Les différentes farines proviennent de blés différents, parfois arrangés entre eux pour obtenir des farines avec des caractéristiques très précises.

Avant toute transformation de blé en farine, le blé est nettoyé afin qu’il n’y ait pas de corps étranger qui pourrait nuire à la qualité du produit et au matériel.

Les Moulins ont une capacité de production de 120,000 tonnes par an, dont une large part est acquise par appel d’offres internationales par la STC, State Trading Corporation. Une part croissante est exportée vers les pays de la région.

La meunerie s’est automatisée au fil des années.  Le meunier moderne produit sa farine du bout des doigts à partir de son clavier.  En dépit de toute la technologie impliquée dans la production, le savoir-faire du meunier reste néanmoins  essentiel pour la production de farines de qualité.

Etapes importantes à la production de farine.

  • Le conditionnement
  • Le broyage
  • La purification
  • Le convertissage

Voir la procédure avec Triticum, notre mascotte

 
x